top of page

Comment cuire les aliments pour une santé optimale ?

Dernière mise à jour : 30 nov. 2020

La cuisson des aliments est très importante pour conserver un maximum de nutriments et ne pas oxyder la nourriture qui se retrouvera dans votre organisme.

Le vitaliseur à basse température, la meilleure des cuissons.

Une mauvaise cuisson des aliments peut altérer la qualité des nutriments et impacter sérieusement votre santé.


Les vitamines et les micronutriments sont des éléments de vie indispensables au bon déroulement de nos processus vitaux. Ils sont détruits par la température et certains modes de cuisson.

Nous devons éviter autant que possible les cuissons longues à haute température et à grande eau.


QUELQUES CONSEILS :


En premier lieu, toujours consommer un peu d'aliments crus en début de repas par exemple : l’aliment cru contient tous les nutriments nécessaires à l'organisme (enzymes, vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras essentiels, acides aminés, etc.). La cuisson peut les dénaturer voire les détruire selon la température et la durée de cuisson.


Une mauvaise cuisson =une déminéralisation des aliments

Les mauvaises cuissons sont les suivantes : poêles, cocotte minute, auto-cuiseur, wok, four, barbecue..

En effet, les températures de ces modes de cuisson sont trop élevées.

Cela conduit à une déminéralisation des aliments qui au fil du temps peut mener à des carences alimentaires. Ces dernières peuvent avoir de multiples conséquences néfastes sur la santé (fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, nervosité, oxydation,...).


Attention aux températures trop élevées : oxydation et toxicité

Des substances toxiques et cancérigènes se développent. Elles oxydent l’organisme et les cellules, accélèrent le vieillissement et peuvent engendrer des maladies.

Ainsi la température de cuisson des aliments peut avoir un impact non négligeable sur notre santé. Il faudra être particulièrement vigilant avec la cuisson des viandes rouges et des produits végétaux riches en amidon. Cuits à des températures supérieures à 160°C, ces aliments libèrent des composés nocifs pour notre santé. Au-delà de ces températures, on observe ainsi la formation d’amines hétérocycliques sur la viande rouge grillée. Des acrylamides se forment sur les aliments riches en glucides. Sont ainsi concernés : la pomme de terre frite, les végétaux contenant de l’amidon, le pain et les céréales.

Ces composés sont fortement suspectés d’augmenter les risques de cancers notamment du rein, du sein ou du côlon.

Les fumées provenant des graisses tombées sur la flamme ou le grill sont, elles aussi, toxiques. Elles peuvent nuire à notre santé. Elles diffusent, en effet,des hydrocarbures aromatiques polycycliques, elles aussi, génératrices de cancers.


En résumé :

45°-50° : destruction de certaines enzymes qui deviennent inactives,

60-75°C : disparition de la vitamine c,

70-100°C : hydrolyse des protéines,

90-95°C : disparition des vitamines A et B,

100°C : précipitation (déposition) des sels minéraux et des oligoéléments qui deviennent non assimilables par l’organisme,

110°C : les vitamines liposolubles (E et D - A /K ) sont détruites,

120°C : destruction des dernières vitamines. Les graisses se décomposent en acides gras et glycérines qui se transforment en eau et en goudron cancérigènes, on assiste à la réaction de Maillard (qui donne la couleur brune aux aliments et peut aller jusqu’au noircissement). L’aliment est modifié, transformé et nocif pour la santé. Toutes les vitamines sont détruites

140°C : les fruits et les légumes ne sont plus que de la cellulose indigeste (cocotte minute).

Pourquoi cuire à basse température ?

La cuisson à basse température consiste à cuire un aliment à une température inférieure à 100°.

Le principe de la cuisson à l'étouffée basse température est de cuire entre 60 et 80° avec la propre hygrométrie des légumes.

Cette température de cuisson permet de conserver un maximum de vitamines et d'oligo-éléments.

Avec ce type de cuisson, les légumes conservent également une couleur et un goût incomparable.

Elle se fait principalement à l'étouffée et à la vapeur douce sans ajout de matière grasse (ou très peu).

Un feu vif au départ sert à tuer les micro-organismes, puis les aliments poursuivent lentement leur cuisson aux alentours de 60°. L'aspect, le goût et la valeur nutritive des aliments sont préservés.

Les légumes cuisent dans leur propre eau ; il n’y a donc pas de fuite des vitamines hydrosolubles ni des minéraux. Cette cuisson s'adapte aussi bien aux légumes qu'à la viande.


Quel vitaliseur choisir ? Exemple, le vitaliseur de Marion

En acier inoxydable 10/18, de qualité chirurgicale (donc chimiquement inerte et stable), le Vitaliseur de Marion est élégant, facile à entretenir (lavable au lave-vaisselle), et très solide (garanti 10 ans). Il existe en deux modèles (petit modèle : contenance 3,5 litres, et grand modèle : 8 litres).

  • En inox ou en acier (matériaux inertes, donc ne libérant pas de particules nocives contrairement à certains métaux et plastiques) ;

  • Avec un compartiment inférieur de grande capacité (pour une meilleure autonomie) ;

  • Avec un couvercle bombé et « libre » (pour que la vapeur condensée ruisselle le long des parois et non sur les aliments, et pour que l’excédent de vapeur s’échappe librement et ne soit pas entravé par un couvercle trop serré).


Que peut-on cuisiner avec un vitaliseur ?

Le Vitaliseur de Marion est un ustensile de cuisson basse température. Il a été mis au point pour permettre de cuire les aliments sans les dénaturer (la température ne dépasse pas 95°C) et en les débarrassant de leurs polluants (qui tombent dans le bac inférieur). Par rapport à une cuisson à l’eau bouillante, en cuisson vapeur, les aliments ne sont pas en contact avec l’eau de cuisson : les nutriments (minéraux, oligo-éléments, vitamines, acides gras essentiels) ne migrent donc pas dans l’eau, et restent dans les aliments. En adoptant ce mode de cuisson, pratique et rapide, vous retrouvez des goûts authentiques et des textures croquantes ou fondantes selon les mets.

Grâce à sa polyvalence et à ses accessoires (soupière, moule, bol… ), il permet de cuire un nombre varié de plats et d’aliments : fruits et légumes, bien sûr, mais aussi poissons (entiers ou en filets), pièces de viandes plus ou moins grosses, volailles, céréales et légumineuses, et des préparations telles que gâteaux, pains (qui restent délicieusement moelleux), terrines, pâtés…

Avec ce vitaliseur, vous trouverez un livre de recette pour vous donner toutes les idées que vous ne soupçonnez pas.




3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page